Home / kigogo / LES HISTOIRES DE BOLA (ÉPISODE 2) : L’ENFANT CANDIDE DÉCOUVRE « LE SÈNANCHOU’’

LES HISTOIRES DE BOLA (ÉPISODE 2) : L’ENFANT CANDIDE DÉCOUVRE « LE SÈNANCHOU’’

À la hâte le père et l’enfant Candide rentrèrent dans l’ambulance. On entendait wouyo! wouyo! wouyo! Cédez le passage, cédez le passage. Certains usagers de la route obtempérèrent tandis que d’autres citoyens circulaient allègrement pour finir par dégager lorsque l’ambulance se trouva à un mètre d’eux. L’incivisme dans ce pays est coutume. Cahin-caha ils arrivèrent au SÈNANCHOU. En face du SÈNANCHOU, le petit candide fut impressionné par un immeuble.

Enfant candide : Père, à qui appartient ce grand immeuble ? Père : À personne mon fils. C’est ici que travaille le Président de la République et c’est appelé….. Il n’eut pas fini sa phrase quand l’ambulancier tourna et entra à vive allure dans le SÈNANCHOU. Ils descendirent et transportèrent la dame dans le bloc de réanimation.

Père : Bonjour messieurs les aides soignants.

Silence total. Ils étaient occupés à jouer au jeu de PIK. La mère n’eut pas de chance. En plus de l’habituelle indifférence des agents de SÈNANCHOU, c’était une veillée PASCALE. Aller à l’église était donc un prétexte pour ne pas sauver des vies humaines au SÈNANCHOU ce jour là. Pendant tout ce temps l’enfant Candide était étouffé par les odeurs nauséabondes, l’odeur de l’alcool forte mêlée à la puanteur des plaies des blessés en attente de pris en charge depuis des jours. Il s’adresse à son père.

Enfant Candide : Père, ça sent trop mauvais, ça pue, je vais vomir.

Père : Attends que les aides- soignants nous répondent et on prendra de l’air dehors.

Un infirmier apparut dans le couloir et s’approcha. C’était apparemment le bon samaritain.

Infirmier : Que pouvons-nous faire pour vous ?

Père : Ma femme est tombée évanouie, elle ne bouge plus, je ne sais quoi faire, aidez nous s’il vous plaît. Dit le père d’une voix inquiétante.

Infirmier : Du calme ! Nous sommes là pour Restaurer l’espoir.

Le père retrouva un léger sourire. Les aides- soignants laissèrent le jeu de PIK lorsqu’ils virent venir leur supérieur et emportèrent la dame dans la salle de réanimation. Le père et l’enfant voulurent suivre la mère mais l’infirmier s’y opposa et leur demanda d’aller faire un tour dans la salle d’attente. Ils profitèrent pour prendre donc un bel air dehors. À peine avaient- ils fait quelques pas qu’ils entendirent:  » YAYI YAYI é do BONI wè. (en fon ceci signifiait littéralement’ Souffrance Vas- t’en! souffrance, Vas- t’en! Il a été envoûté.). C’était un PASTEUR en plein exorcisme. Ils continuèrent leur marche.

Enfant candide : Père, tu m’avais dit que le président travaillait dans l’immeuble en face. Pas vrai ? Père : Si, mon enfant.

Enfant candide : Il ne tombe jamais malade ? Père : Bien sûr qu’il tombe malade. Ça arrive à tout le monde.

Enfant candide : Où se soigne donc le Président pour qu’il laisse ici sentir comme la porcherie de l’oncle Barthélémy qui avait détourné les fonds destinés à la construction du puits dans notre quartier ?

(Les habitants du quartier avaient beaucoup manifesté mais cette histoire était restée sans suite. L’oncle Barthélémy avait étouffé l’affaire avec l’aide de certains caciques du quartier).

Père : Comme le Président a de l’argent il va se soigner à l’extérieur. Je ne sais pas si parfois il traverse la voie pour constater l’enfer sous ses TALONS.

L’enfant tout confus, venait de découvrir une Nouvelle Forme de Conscience. Ils venaient de passer cinq (05) minutes dehors. Un temps nécessaire pour se remplir les poumons d’un air relativement frais. Relativement frais car même dehors, l’air était embaumé d’un parfum carbonique qui irritait les voies respiratoires. ils repartirent voir la mère. Le père vit un aide-soignant.

Père : Monsieur, comment va ma femme ? Demanda-t- il d’une voix stressante.

Aide-soignant : (répondant d’une voix nonchalante). Je ne peux rien vous dire pour le moment et je n’ai plus les nouvelles de mon patron, l’infirmier qui vous a reçu. Il est sorti et je ne sais où il est. On a plus les nouvelles de l’infirmier qui avait promis Restaurer l’Espoir, le sort de la mère est donc désormais dans les mains des joueurs.

About lobby

Check Also

Comment trouver le bon partenaire en 7 étapes faciles

Être heureux peut paraître évident pour certaines personnes mais pour d’autres, cela relève parfois du …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *