Home / Actualité / Actualité de la COPAB : Des dispositions pour le succès du Forum du dialogue inter religieux pour la paix

Actualité de la COPAB : Des dispositions pour le succès du Forum du dialogue inter religieux pour la paix

La Semaine Africaine d’Ethique se tiendra en Ethiopie en avril 2021 avec, au menu, le Forum du dialogue inter religieux pour la paix. C’est dans la perspective du succès de cette activité intellectuelle que la Commission Panafricaine pour la Bioéthique (COPAB) a organisé le 28 juin 2020 sa troisième visioconférence.

Justin SOSSOU

Les enjeux de la rencontre d’Addys-Abeba sont énormes. C’est pourquoi la COPAB met tout en œuvre aux fins de son succès. Au cours de cette visioconférence, la question de la COVID 19 et sa gestion par les nations africaines ont été largement abordées. La nouvelle de « l’existence d’un vaccin qui a été élaboré à Oxford en Angleterre » ainsi que l’angoisse liée aux ‘’pratiques inappropriées et inacceptables, et pourtant habituelles depuis la Traite Négrière et la Colonisation et encore relevées de nos jours pour utiliser les populations africaines comme des cobayes, au mépris du respect de la vie et de la dignité humaine’’ ont été évoquées.

Selon Stanley Okolo, le directeur général de l’Organisation Ouest Africaine de la Santé, qui présidait la réunion au nom du président de la CEDEAO, « ce défi éthique se caractérise tout d’abord, par l’accès aux soins, dans un second temps, par la recherche de l’équité en matière de traitement médical et forcément aussi par une interrogation sur la gestion des ressources que les systèmes de santé de nos pays d’Afrique de l’Ouest ont à leur disposition. »

L’intérêt de la réunion du 28 juin, outre le fait qu’elle a permis de voir les différents défis qui se posaient en terme de santé publique, a laissé transparaître le fait que les Africains avaient envie de faire front commun face aux défis relatifs à la bioéthique sur le continent, sachant que pour cette question de la défense de l’humain, des scientifiques des universités du Vatican d’origine africaine et sa majesté Agassa Adanyroh Guédéhoungué, présidant de la Communauté nationale du Culte Vodou-Racine du Bénin ont accordé leurs violons ou leur harpe sacrée, dans une volonté de reconnaissance mutuelle.

Les engagements de Sa Majesté Agassa Adanyroh Guédéhoungué

La communauté du Vodoun du Bénin a pris l’engagement de rassembler en une délégation unique toutes les organisations du culte vodoun du continent et de la diaspora pour la représentation de la religion africaine au Forum du dialogue inter religieux pour la paix prévu au programme de la Semaine Africaine d’Ethique en Ethiopie en avril 2021.

Comme précisé dans le rapport, « le but de ce dialogue n’est pas que les chrétiens deviennent vodouïsant ni que les Vodounsi ou les pratiquants des religions traditionnelles reconnaissent « le Christ » comme « fils de Dieu » ». L’objectif est ailleurs et n’est, du reste pas caché. « Il s’agit plutôt de développer un dialogue constructif emprunt de respect mutuel, surtout autour de thématiques qui concernent de façon indifférenciée l’ensemble de la communauté, comme le défi sanitaire face à la menace du Coronavirus ».

C’est fort de cette noble ambition que Sa Majesté Agassa Adanyroh Guédéhoungué s’est engagé à jouer sa partition dans ce combat de l’utilisation des religions en vue de l’édification d’une société plus humainement juste et vivable. Il s’agit visiblement d’une activité à suivre.

About admin

Check Also

Sénat des Jeunes du Bénin : 2000 bénévoles pour contrer la Covid-19

Le gouvernement du Bénin est au front pour contrer la propagation du Covid-19 dans le …