Home / Politique / Cité dans une affaire de corruption, le maire de Dogbo se justifie

Cité dans une affaire de corruption, le maire de Dogbo se justifie

Le Maire de Dogbo, Vincent Codjo ACAKPO, cité dans une affaire de corruption dans la passation du marché de construction de l’hôtel de ville a été auditionné, la semaine dernière par le procureur de la république près le tribunal de première instance de deuxième classe de Lokossa. Reçu sur les antennes d’une radio de la place, il a fait des clarifications sur le fond du dossier.

 Mickel-Ange HOUNZA 

Depuis quelques semaines, la commune de Dogbo est agitée par une polémique relative à une supposée irrégularité dont serait entachée la passation du marché de construction de l’hôtel de ville. Au cours de cette émission, le Maire de Dogbo n’est pas allé par quatre chemins pour expliquer en détail ce dossier dans lequel son nom a été cité.

En effet, à entendre Vincent ACAKPO, l’entreprise ERACOB, adjudicataire, aurait soudoyé la commission de passation des marchés publics de Dogbo pour se voir attribuer le marché de construction de l’hôtel de ville de Dogbo. A la fin de la procédure, une faute grave a été relevée, aux dires du maire ACAKPO, par Préfet Christophe MEGBEDJI. Selon ses explications, l’entreprise ne disposerait pas du capital requis (45 millions de francs Cfa) par l’offre pour gagner.

« Conformément à l’article 90 du code de passation des marchés publics, j’ai adressé une correspondance sous huitaine à l’entreprise pour apporter les documents complémentaires à son dossier de soumission et ce, sur instruction du Préfet », a indiqué le Maire ACAKPO. «  Après ce délai légal et un délai de grâce d’une semaine resté sans suite, le marché a été retiré à ERACOB et l’appel d’offre relancé » a renchéri le Maire. Cette démarche aura valu au maire de Dogbo d’être écouté par le Procureur de la République près du Tribunal de première instance de deuxième classe de Lokossa.

« Je ne veux pas aller en prison », a clamé Vincent ACAKPO en dénonçant « une pourriture morale au sein de la commission de passation de marché public à la mairie de Dogbo. Pour prouver sa bonne foi, il a rappelé au cours de l’émission avoir déchargé de la tête de la commission, le Président qui est, pourtant son premier adjoint avec, d’ailleurs il a un accord politique. « Aucun accord politique ne vaut plus que l’intégrité dans la gestion », a justifié le maire de Dogbo en appelant ses administrés au calme.

Au sujet de la gestion des fonds de la coopération décentralisée belge

Par rapport au dossier de gestion des fonds mis  disposition de la cmmune par la coopération belge, le conseil communal reproche au maire de détourner la bagatelle somme de 30 millions de F Cfa chaque année. « Ces accusations sont politiciennes et visent seulement à ternir mon image d’homme intègre », a indiqué Vincent Acakpo.  A en croire ses propos, les belges ne donnent jamais les fonds aux collectivités locales. Ils préfèrent exécuter directement les dépenses eux-mêmes sur la base des projets élaborés. Mais sur la base des critiques des conseillers, justifiera le Maire « un audit a été commandité et les conclusions ne reprochent rien à ma gestion », conclura définitivement avant de faire constater que ce sont les élections prochaines qui font courir les politiciens de Dogbo.

About lobby

Check Also

Houéyogbé : Pourquoi les républicains auront un thème de campagne

En perte de vitesse, les républicains de la commune de Houéyogbé sous le leadership du …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *