Home / Actualité / Actualité : ce que pense Dakpè Sossou de la fermeture des frontières nigérianes

Actualité : ce que pense Dakpè Sossou de la fermeture des frontières nigérianes

Selon l’Honorable Dakpè Sossou, la fermeture des frontières nigérianes au nez du Bénin, du Niger et du Tchad ne cause pas de désagréments qu’à ces pays. Cette mesure serait, à l’entendre, la source de grandes souffrances pour les commerçants et les consommateurs nigérians. Dans un communiqué rendu public hier, le député, tout en reconnaissant aux autorités béninoises leur droit de filtrer l’accès à leur pays, plaide pour une prise en compte des droits de leurs citoyens à commercer librement. Par ailleurs, en prévention de toutes tensions que cette crise pourrait créer au sein des populations béninoises, l’élu du peuple appelle les Béninois à rester soudés. Enfin, a t’il salué le dynamisme du Président Patrice Talon qui fait des pieds et des mains aux fins de la réouverture dedites frontières.

Lire ici l’intégralité de son communiqué.

dakpe sossou

Communiqué de l’Honorable Dakpè Sossou au sujet de la fermeture des frontières nigérianes.

Béninoises et béninois,

Depuis le 20 août 2019, l’Etat nigérian a décidé de la fermeture de ses frontières. Cette décision est de nature à avoir de grandes incidences sur l’économie béninoise, le Nigéria étant un grand et historique partenaire du Bénin. Annoncée pour ne durer que 28 jours, un récent communiqué des autorités nigérianes rallonge ce délai. Cette situation, quoique préoccupante doit être analysée avec grande attention. Les raisons sont diverses.

Chers compatriotes,

Les relations commerciales entre le Bénin et le Nigéria ne datent pas d’hier. Elles sont aussi vieilles que nos deux pays. Pendant longtemps, les nigérians ont eu recours à leurs voisins béninois pour satisfaire leur pressant besoin de riz. Même si le riz est au centre de toutes les préoccupations, il n’y a pas que le riz qui soit objet de transactions entre commerçants béninois et nigérians. Il y a aussi l’essence ; il y a les véhicules ; il y a l’huile comme il y a tout aussi plusieurs autres produits dont les populations nigérianes ont grand besoin. Sans justifier le mal, pendant longtemps, les deux pays se sont entraidés suivant le principe de solidarité qui lie les peuples africains ; les populations nigérianes ayant les produits dont ils ont besoin et les commerçants des deux pays gagnant de l’argent.

Citoyennes et citoyens béninois,

Tout Etat a le droit de protéger ses frontières et de n’y laisser entrer et sortir que ce qui lui plait. Néanmoins, ce qui se passe aujourd’hui ne semble pas répondre seulement à une stratégie de protection de l’économie nationale nigériane. A côté du droit du Gouvernement de laisser entrer ou de refuser l’accès à un produit sur son territoire se trouve le droit universel pour chaque citoyen d’acheter les produits de son choix sans tenir compte forcément de son origine. Ce principe qui garantit la liberté de l’être humain n’est pas seulement un droit reconnu et protégé par le droit international ; il est aussi défendu par les organisations internationales. Il y a quelques jours, le Président du parlement de la CEDEAO, dans son discours d’ouverture de la dernière session de l’institution a plaidé pour la réouverture par le Nigéria de ses frontières.

Mesdames et messieurs,

La décision de maintenir, fermées les frontières nigérianes ne doit pas servir de moyens pour nous diviser en tant que Nation. Cette situation ne nuit pas qu’au Gouvernement dont elle ralentit l’ardeur et amoindrit les efforts; elle impacte surtout tout le pays avec ses filles et fils dans leur quotidien. C’est le moment pour nous de resserrer le rang et de résister à tout germe de division que cette situation pourrait semer en nous. Loin  de nous diviser, la crise devrait nous inciter, comme tout Etat sérieux à prendre des dispositions idoines pour prévenir la survenance à l’avenir d’un incident analogue.C’est le moment de remercier le Président Patrice Talon pour son sens d’ouverture. Depuis le début de cette crise, il a mené, déjà bien de démarches à l’endroit des autorités nigérianes. Il ne reste plus que celles-ci aboutissent à la réouverture des frontières car cette crise ne désavantage pas que les béninois, les nigériens et les tchadiens. Plus encore, ce sont les commerçants et les consommateurs nigérians qui paraissent les plus touchés par la mesure comme l’illustre si bien un article publié par le journal français Le monde sur son site le 13 septembre dernier.

He DAKPÈ SOSSOU, Député à l’Assemblée Nationale du Bénin

About lobby

Check Also

la-paix-dans-le-monde-aa5fab04-7289-48ec-93a7-1592e19295c1

Édito : Pour la paix dans le monde

Bonjour, Je voudrais m’adresser à l’Humanité, à tous les humains sur la planète terre. Depuis, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>